LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL

Les formes de souffrance au travail peuvent être multiples. Cependant, certaines formes sont récurrentes et apparaissent plus fréquemment dans l’ensemble de la population. Parmi elles, nous pouvons notamment citer le stress chronique, l’épuisement professionnel (burn-out) et le harcèlement moral.

LE STRESS CHRONIQUE

Le stress chronique est la forme de souffrance au travail la plus répandue. Il apparaît lorsque l’individu est régulièrement confronté à des contraintes environnementales. Face à celles-ci, il semble ne plus avoir de ressources à mobiliser.

Voici la définition officielle du stress :

«  Le stress est ressenti lorsqu’un déséquilibre est perçu entre ce qui est exigé de la personne et les ressources dont elle dispose pour répondre à ces exigences. »

Le stress comme déséquilibre entre contraintes et ressources

L’exposition au stress de manière continue est particulièrement nocif pour la santé physique et psychologique. En effet, le stress chronique est considéré comme la cause principale de l’épuisement professionnel ou burn-out. En France, 1 salarié sur 4 est en effet régulièrement en situation de stress chronique..

Parmi les principaux symptômes du stress et de l’anxiété, on retrouve :

  • Plusieurs manifestations somatiques : maux de tête, douleurs articulaires, douleurs musculaires (cou, dos, épaules), troubles digestifs, infections cutanées
  • Des symptômes émotionnels : sensibilité et nervosité accrue, irritabilité, agressivité, puis dans un second temps des symptômes dépressifs : apathie, auto-dévalorisation, perte d’intérêt et de plaisir dans la vie quotidienne
  • Certains troubles cognitifs : difficultés de concentration, d’apprentissage, de mémorisation, difficulté à la prise de décision, rumination mentale
  • Des symptômes comportementaux : troubles du sommeil (difficultés d’endormissement, réveils fréquents, insomnies), addictions, troubles alimentaires légers

 Lien : évaluer son état de stress en vidéo !

L’ensemble de ces symptômes peut évoluer vers des pathologies bien plus graves telles que l’ hypertension, les troubles cardiovasculaires ou la dépression.

Apprendre à connaître le fonctionnement du stress constitue le premier pas vers le contrôle de ce mécanisme. Il s’agit alors de repérer avec le psychologue les facteurs qui le déclenchent dans la sphère personnelle et professionnelle. Il convient ensuite de maîtriser plusieurs exercices simples qui permettent de mettre durablement à l’arrêt le mécanisme de stress. L’individu retrouver alors son efficacité dans sa vie professionnelle.

L’ÉPUISEMENT PROFESSIONNEL

Le syndrome d’épuisement professionnel est une forme de souffrance au travail très répandue. Il peut être défini comme un état d’épuisement physique, émotionnel et mental. Il est causé par l’implication à long terme dans des situations exigeantes émotionnellement.

Les principaux signes de ce trouble sont :

  • Une fatigue physique et psychologique intense : perte de désir et de plaisir dans les activités quotidiennes
  • Un sentiment de dépersonnalisation : sentiment de vide intérieur, de détachement par rapport aux autres, manque d’empathie, perte de confiance en soi, sentiment de fonctionner « comme un robot »
  • Une forte tendance au désinvestissement professionnel perte des sentiments de compétence, de réalisation personnelle et d’estime de soi dans le travail, mise à distance défensive du travail.
Les 3 étapes du processus d'épuisement

On confond souvent l’épuisement professionnel avec le burn-out. Le premier est un processus qui se met en place progressivement. Si l’individu ne met pas fin à la situation stressante, ce processus peut mener au burn-out. Le burn-out est davantage un moment de rupture ou de craquage chez l’individu.

Selon l’intensité de l’état d’épuisement, les approches pour en sortir diffèrent. Mais de manière générale, seule une prise de conscience de son état et un arrêt momentané de la situation de travail peuvent permettre de retrouver ses capacités.

Lien : comprendre le processus du burn-out en vidéo !

LE HARCÈLEMENT MORAL

Le harcèlement moral est considéré comme la situation de souffrance au travail la plus destructrice. Elle est également la plus traumatique. Elle est de surcroît la forme pour laquelle les sanctions juridiques sont les plus importantes. Ces dernières concernent aussi bien l’auteur que l’employeur (licenciement, peine de prison, amendes).

D’un point de vue juridique, le harcèlement moral est caractérisé si les 4 critères suivants sont réunis :

  • Atteinte à la dignité : menaces, moqueries, dévalorisation, refus de communication, etc.
  • Répétitivité : plusieurs fois par mois, par semaine, par jour
  • Dégradation de la santé physique et mentale : très nombreux symptômes à la fois anxieux et dépressifs, boule au ventre, retour en boucle des scènes d’humiliation (cauchemars ou remémorations en journée)
  • Dégradation des conditions de travail : mise au placard, impossibilité de faire son travail par manque de moyens, de consignes, d’informations, etc.
Les 4 critères juridiques du harcèlement moral

Il faut détecter le plus rapidement possible les situations de harcèlement moral.

La détection précoce permet en effet d’éviter une dégradation alarmante de la santé physique et mentale.